Tribune d’expression libre pour Un Nouvel Horizon pour Rambouillet

Intercommunalité : un territoire d’action pour Rambouillet !

La ville de Rambouillet s’inscrit dans un territoire, le Sud-Yvelines avec lequel elle partage des enjeux de gouvernance, de service public et de cohérence territoriale.

Rambouillet délègue à plusieurs syndicats intercommunaux ses compétences sur un périmètre élargi : Le SICTOM pour l’enlèvement des ordures ménagères, le SIRR en charge du traitement des eaux usées, le SITERR pour le transport, le SEY78 pour la fourniture d’électricité et le SMAGER pour l’aménagement et la gestion des étangs et rigoles. Nos conseillers municipaux représentent activement notre commune au sein de ces syndicats.
Rambouillet est également la ville « centre » de notre Communauté d’Agglomération Rambouillet Territoires qui, notamment, administre le conservatoire communautaire, gère les micros crèches et s’est engagée dans la rénovation et l’extension de la piscine des Fontaines. Compétente en matière économique, son action dans le développement de notre territoire est essentielle. Elle contribue à la prospective du Sud-Yvelines en relation avec les communes.
Conformément à la loi NOTRe et au Schéma départemental de coopération intercommunal, Rambouillet Territoires fusionnera au 1er janvier 2017 avec la Communauté de Communes des Étangs (CCE) et la Communauté de Communes contrées d’Ablis Portes d’Yvelines (CAPY).
Le futur périmètre de la CART qui regroupera près de 80 000 habitants est cohérent. Il correspond aux travaux menés dans le cadre du SCOT depuis plusieurs années et adopté à l’unanimité. Il pérennise le rôle de ville centre de Rambouillet et s’inscrit également dans la perspective de l’évolution de l’arrondissement en cours de définition par l’État qui demain sera tourné vers les caractéristiques rurales du Sud Yvelines, de la Vallée de Chevreuse au Pays Houdanais.
Demain, l’intercommunalité aura un rôle encore plus essentiel pour le développement de notre territoire, elle sera un outil précieux au service des habitants et des communes puisque le cœur de notre vie démocratique territoriale s’inscrit bien à la Mairie.

Benoit PETITPREZ
Conseiller municipal délégué à l’intercommunalité et à la coordination avec les structures intercommunales

Rambouillet : à l’avant-poste de la mobilisation citoyenne !

Les dimanches 20 et 27 novembre derniers a eu lieu la Primaire de la Droite et du Centre partout en France et notamment dans notre ville.

Au-delà du caractère partisan et du candidat qui a été désigné, cette primaire a été un événement démocratique considérable qui témoigne de la volonté des citoyens et notamment des Rambolitains de s’y investir pour construire l’avenir de notre pays.
Pour la seule ville de Rambouillet, 20 % du corps électoral a voté. Cela représente 3 500 personnes à chaque tour.
Le succès de la Primaire est aussi celui d’une organisation inédite par son ampleur. Membre de la commission d’organisation, j’étais en charge de la mise en place de ce scrutin dans le Sud-Yvelines et je suis fier d’avoir pu constater que notre ville et notre territoire ont participé à cet élan qu’il nous revient d’accompagner.
Plus de 200 bénévoles étaient présents lors de ces deux journées sur notre seule circonscription.
Ils ont permis à ce scrutin d’être le succès démocratique que l’on sait.
La popularité de la Primaire témoigne de l’attente des Français et des Françaises pour une politique qui replace au centre du débat des qualités simples mais essentielles : l’honnêteté intellectuelle, le courage et la persévérance ; valeurs nécessaires pour le redressement de notre pays.
La mobilisation de nos concitoyens est un signe d’espérance pour que les sujets qui les préoccupent soient saisis à bras-le-corps : l’emploi, la famille la sécurité, la capacité de notre pays à bâtir un projet commun réaliste et déterminé à même de rassembler les Français dans leur diversité.
L’élan du mois de novembre est aussi l’opportunité de raffermir le lien de confiance entre les responsables politiques et les citoyens tout en luttant contre la démagogie des extrêmes.
Pour cela, il revient aux hommes politiques d’être exemplaires. Certes comme le disait André Malraux, « on ne fait pas de politique avec de la morale, mais on n’en fait pas d’avantage sans ».
Alors oui, aujourd’hui, les Français ont besoin d’un peu de morale et d’honnêteté, ils l’ont redit les 20 et 27 novembre 2016.
J’espère que ce message sera bien entendu par tous !
Après le succès de la Primaire de la Droite et du Centre, la Gauche  organise sa propre primaire les 22 et 29 janvier derniers. J’espère qu’elle rencontrera le même succès.

Marc Robert
Pour un nouvel Horizon pour Rambouillet

 

De bonnes nouvelles pour l’hôpital !

Un certain nombre d’interrogations a été soulevé sur l’avenir de notre hôpital. Aussi il m’a semblé essentiel de pouvoir vous apporter certaines précisions.

L’hôpital de Rambouillet est un fondement de notre bassin de vie, c’est aussi un équipement qui participe à l’attractivité de notre sud-yvelines.

Si le financement de l’hôpital public est un enjeu au niveau national, celui de Rambouillet n’est pas en danger ! Une période difficile a été traversée financièrement mais la situation s’améliore et des investissements vont être réalisés prochainement grâce à des efforts de gestion faits à l’initiative de la direction avec l’ensemble des médecins et du personnel médical. Ainsi, en 2015, le déficit est passé de 2,30 M€ à 1,80 M€ permettant d’obtenir l’accord de l’ARS pour investir dans de nouveaux équipements. Un plan d’action, agréé par l’ARS, a été défini et prévoit un retour à l’équilibre financier à l’horizon de 5 ans.

Plusieurs nouveaux médecins ont récemment rejoint notre hôpital et certaines spécialités s’étoffent, renforçant une qualité de soin déjà reconnue.

L’Agence Régionale de Santé a ainsi notifié le maintien de l’activité chirurgie au Centre Hospitalier de Rambouillet pour une nouvelle période de 5 ans, suite aux résultats obtenus et aux nouveaux engagements pris dans la politique de rapprochement avec celui de Versailles.

La loi santé qui a été votée prévoit la création de groupements hospitaliers de territoires destinés à faciliter le parcours et la prise en compte des patients.

Dans cette nouvelle organisation, l’hôpital de Rambouillet sera renforcé par un travail en commun avec celui de Versailles. Bien sûr, chaque hôpital conservera son budget, son autonomie mais des rapprochements pourront être faits en termes de gestion et pour renforcer la proximité des soins. Le groupement hospitalier de territorial est aussi une réponse de l’hôpital public face au développement de l’hôpital privé.

Cette réforme est une opportunité pour améliorer encore l’accès au soin de notre territoire et je serai très attentif à sa mise en œuvre. L’accès aux soins dépend aussi d’une médecine de ville « généraliste » et de spécialité dynamique. Malgré une démographie médicale défavorable au niveau national, nous travaillons à son développement à Rambouillet. Une réunion Professionnels de santé libéraux/Hôpital a d’ailleurs eu lieu en juin à l’Hôtel de Ville.

D’autres actions sont en cours, y compris au travers de maisons de santé pluridisciplinaires.

La qualité de notre système de soin Sud-Yvelinois est avant tout le fruit du travail de l’ensemble des médecins, des personnels soignants libéraux et hospitaliers et des personnels administratifs. Je tiens à saluer l’investissement de chacun.

Notre hôpital a besoin que le cercle vertueux de la confiance perdure, celle des habitants, celle des élus, celle des médecins, celle de l’ARS.

J’appelle chacun à être responsable et à ne pas instaurer le doute qui mettrait notre hôpital en grande difficulté.

Je vous remercie de la confiance que vous portez à notre hôpital !

Le Maire de Rambouillet
Pour «  Un Nouvel horizon pour Rambouillet  »

Rambouillet ville solidaire !

Notre ville a subi d’importantes inondations notamment dans le quartier de Groussay mais aussi dans la zone du Bel Air et à la Grange Colombe.

Ces inondations centennales ont été soudaines. Leur origine provient, à la suite de précipitations inhabituelles, du débordement des étangs, rus et interconnexions situées dans la forêt en amont de la ville.

Grâce à l’investissement des services de secours, de ceux de la ville et des associations, nous avons pu faire face. Beaucoup de nos concitoyens ont pourtant été sinistrés et confrontés à la perte de leurs biens.

La destruction de son domicile est une tragédie !

Heureusement, un élan de solidarité s’est mis en place à tous les niveaux de la Ville.

Dès les premières heures, voisins et amis sont venus en aide puis les associations du réseau solidarité se sont organisées. Des solutions ont été trouvées, je pense notamment à la mise à disposition le dimanche 5 juin des machines à laver de l’Ehpad «  Georges Rosset  » afin que chacun puisse retrouver le confort simple de vêtements propres sur les épaules.

Après avoir mis en œuvre dès les premières heures le plan communal de sauvegarde, Rambouillet a ouvert le gymnase du Vieux Moulin pour accueillir les victimes des inondations. Avec le CCAS, elle leur a mis à disposition des moyens et organisé des permanences pour poursuivre la solidarité.

Des inondations de cette ampleur ne doivent plus arriver !

C’est la raison pour laquelle j’ai demandé, ou plutôt redemandé au Préfet, de mener des études précises. C’est le rôle de l’État. Un groupe de travail regroupant les services de l’État (DRT), l’ONF, le Domaine National de Rambouillet a été constitué afin que soient mises en œuvre les actions nécessaires au sein de la forêt et des étangs.

Vient maintenant l’été, le temps des vacances à Rambouillet ou ailleurs. Le temps aussi des moments en famille et d’un repos bien mérité !

Je suis fier de notre ville,

Une ville solidaire !

Marc Robert
Maire de Rambouillet

Vous avez dit : «  Mission d’évaluation des politiques publiques  » !

C’est quoi ? Pour quoi faire ?

Dans une période budgétaire particulièrement contrainte, diminution des dotations d’état et transfert non compensé (budgétairement) des services à la population assumés jusqu’à présent par l’État ; le Maire et l’équipe municipale ont décidé de faire appel à un cabinet extérieur et indépendant pour conduire de manière objective l’évaluation de tous les services tournés vers les Rambolitains (l’urbanisme, la préventions des risques, les services des sports, de la vie associative, de la petite enfance, du scolaire, du péri et de l’extra-scolaire).

Considérant que notre collectivité se doit de rendre le meilleur service que les Rambolitains sont en droit d’attendre, l’objectif est de maintenir et d’améliorer la qualité des services proposés, tout en dégageant les marges nécessaires pour réaliser les projets attendus par nos concitoyens. L’orientation ainsi donnée, la mission s’est donc attachée à analyser le fonctionnement des services tournés vers les Rambolitains : 150 entretiens ont mobilisé une grande partie de nos agents.

La mission s’est déroulée en trois temps : • Un diagnostic, pour s’assurer de la pertinence du périmètre et du niveau des services rendus • Des préconisations aux fins d’améliorer les prestations, de raccourcir les délais, de renforcer et d’étendre le presentiel de nos agents dédiés au service du public • La mise en œuvre des arbitrages et décisions prises.

Après le temps de l’écoute, de l’analyse et des suggestions voici venu celui des arbitrages. Le choix du parcours de l’enfant sera priorisé, l’accompagnement des familles privilégié, les services techniques orientés « service » et l’organisation de l’appareil administratif sera simplifiée.

Et, si toutes les décisions ne sont pas encore prises, tout converge pour que les services de la Ville soient encore plus à l’écoute des besoins des Rambolitains, que les outils soient modernisés notamment via la mise en œuvre d’un portail dit Famille, logique de guichet unique (physique et numérique) se traduisant par une seule porte d’entrée pour le traitement des dossiers et accessible 24/24 à partir du site internet de la Ville.

Pour l’arbitrage des différents scénarii proposés, le débat aura lieu et leur mise en œuvre programmée à l’automne.

Renaud NADJAHI

Adjoint au maire chargé de l’enseignement supérieur et de la démarche qualité.

2016  : une année de projets pour Rambouillet !

Alors que le budget de la ville est en cours de préparation et que le Conseil municipal a débattu autour du Rapport d’orientation budgétaire qui définit les perspectives de notre ville pour les prochaines années, il me paraît essentiel de pouvoir vous exposer notre feuille de route pour l’année 2016.

La gestion saine de ces dernières années a permis à la ville de faire face à la diminution des ressources imposée par l’État. Grâce à un effort partagé qui prévoit une hausse maîtrisée des impôts (taux ménages) à hauteur de 2,5 % conformément à ce que nous avions annoncé l’an passé et aux efforts de gestion engagés (-5,8 % des dépenses à caractère général en 2015), nous pouvons maintenir la qualité des services proposés

Ainsi, la ville s’engage auprès des Rambolitains autour de 8 axes qui seront précisés à l’issue du vote du budget, et présentés dans le prochain «  Rambouillet infos  ».

1/ Objectif «  Voirie 2020  » :
notre ville dispose de plus de 70 km de voiries communales. Dans un contexte contraint, un plan est en cours de réalisation destiné à l’entretien de nos routes tout en améliorant la sécurité pour les piétons, les cyclistes et les automobilistes.

2/ Objectif «  École 2020  » : l’école est au cœur de la vocation communale, aussi nous mettons en place un programme pluriannuel de travaux dans les écoles afin d’adapter les infrastructures à l’évolution des besoins.

3/ Plan Local d’Urbanisme : alors que le nouveau PLU de la ville de Rambouillet a été adopté le 26 janvier 2012, une étude de retour d’expérience a été demandée pour envisager certaines modifications afin de respecter l’objectif d’une croissance maîtrisée à 0,75 % par an.

4/ Schéma Local de Déplacement :
poursuite de sa mise en œuvre avec notamment la création d’un parking de 65 places salle Patenôtre et mise en œuvre d’équipements de sécurité dans les zones 30.

5/ Nouvelles technologies : développement du site internet de la ville et généralisation des accès aux démarches administratives à distance.

6/ Inauguration du centre de loisirs sans hébergement du Château d’eau : accueil des jeunes Rambolitains dès la rentrée 2016.

7/ Agenda d’Accessibilité Programmé (AD’AP) : programmation des travaux nécessaires pour rendre chaque établissement pour un total d’environ 1 595 762 €, pour une dépense annuelle moyenne estimée à 178 000 € priorisée en direction des écoles, des crèches et Haltes Garderies dans un premier temps.

8/ Optimiser l’organisation municipale : rendu de l’étude d’évaluation des politiques publiques et création d’un pôle convivialité et d’un pôle famille.

Enfin, autre actualité marquante de l’année, le succès annoncé du Pôle culturel «  la Lanterne  » qui un mois après son inauguration a accueilli plus de 2 400 spectateurs en 5 spectacles.

L’année 2016 sera une nouvelle année festive grâce à la mobilisation des associations de Rambouillet dans tous les domaines et notamment à l’occasion de la fête du Muguet ou de la Saint-Lubin.

Malgré la période actuelle nous mettons tout en œuvre pour que Rambouillet soit une ville de projet pour tous, une ville dynamique au centre d’un territoire attractif.

Le Maire de Rambouillet
Pour “Un Nouvel horizon pour Rambouillet” 

 

La voirie

S’il est un sujet qui revient de façon récurrente dans les courriers ou fiches de suggestions des Rambolitains, mais aussi évoqué lors des réunions de quartiers, c’est bien celui des voiries. Et cela peut tout à fait s’entendre. Raison pour laquelle l’entretien des voiries est mis au premier rang de nos priorités, tout comme celui des bâtiments communaux (en particulier les écoles), mais cela dans un contexte budgétaire particulièrement contraint que nul ne peut plus ignorer.
Rappelons que le réseau viaire de la ville de Rambouillet est constitué d’environ 90 km de voiries (et deux fois plus de trottoirs), dont 70 km de voies communales (les 20 km restant se répartissent entre voies transcommunales et départementales).
Le cycle de vie d’une chaussée dépend pour l’essentiel de 4 paramètres : conception, conditions climatiques, trafic supporté, entretien. Sans entretien, les experts s’accordent à considérer que la durée de vie moyenne d’une voirie est comprise entre 15 et 20 ans. Si durant les 2/3 de son cycle de vie sa dégradation est mesurée et son état est jugé comme bon, ensuite son vieillissement s’accélère rapidement et nécessite des interventions curatives (reprises ponctuelles des nids-de-poule et des ornières).

Le vieillissement d’une voirie s’apprécie sur la base de critères objectifs et suit différents stades : Niveau 1 : chaussée en bon état (0 à 7 ans). Niveau 2 : apparition de fissures en surface (7 à 12 ans). Niveau 3 : formation de nids-de-poule (12 ans et plus). Niveau 4 : affaissement de chaussée.
Une étude récente menée par les Services Techniques montre que 37 % du réseau viaire de la ville est en bon état (niveau 1) et que 67 % a atteint le niveau 2 de vieillissement, ce qui explique qu’il soit perçu globalement comme dégradé. Pour les communes en général les enjeux financiers relatifs à la gestion des voiries sont considérables compte tenu des coûts au m2 et des surfaces à traiter. Rambouillet n’échappe pas à la règle. Depuis 2009 le budget moyen alloué à la gestion de la voirie a été d’environ 1 600 000 euros. Les dépenses ainsi réalisées ont permis une gestion essentiellement curative des problèmes de vieillissement de la voirie. Les rénovations complètes de voies et les actions préventives ont été mesurées et les actions menées à l’échelle d’une rue entière ont constitué le plus souvent à la rénovation des tapis de chaussée. Alors aujourd’hui quelles perspectives et orientations pour demain ?

Au regard de l’état des lieux effectué et dans le cadre du Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI) de la ville nous sommes en phase d’élaboration d’un plan de gestion de la voirie communale qui devrait s’étaler sur du court et moyen terme. Au-delà des réparations curatives habituelles (réparation des nids-de-poule, travaux d’amélioration ponctuelle…) nous pourrions envisager d’ici 2020 la rénovation complète de 4 300 mètres linéaires de voirie.
L’entretien des voiries c’est aussi le marquage au sol. Les techniques obsolètes jusqu’alors employées et le manque de ressources humaines en interne nous ont amenés à prendre la décision stratégique d’externaliser cette activité. D’ores et déjà des travaux prioritaires ont été engagés comme la reprise en peinture des passages protégés devant des sites sensibles comme les écoles. L’objectif final étant une reprise complète des peintures voiries d’ici 2020 selon un calendrier d’interventions en cours d’élaboration. La pression financière exercée par le Gouvernement sur les collectivités locales nous met, au quotidien, devant des équations difficiles à résoudre. Pour autant, dans cet environnement délicat l’entretien des voiries mais aussi des écoles resteront une priorité affirmée, mais dans un contexte de rigueur budgétaire auquel nous ne pouvons échapper.

Alain Cintrat
Adjoint au Maire délégué à la sécurité et aux services techniques